CRAJEP Pays de la Loire

Accueil > Le CRAJEP en Pays de la Loire > Actualité > Communiqué SNU – service national universel, une politique jeunesses à (...)

Communiqué SNU – service national universel, une politique jeunesses à mettre en débat

Le SNU a pour objectif de vouloir transmettre un socle républicain, renforcer la cohésion nationale, développer une culture de l’engagement, accompagner l’insertion sociale et professionnelle. Le CRAJEP Pays de la Loire partage ces objectifs mais pour autant le dispositif lui-même présente pour le CRAJEP plusieurs contradictions :

1 une contradiction fondamentale entre engagement et obligation, puisque les jeunes appelés seront sanctionnés (interdiction du passage des examens, du permis de conduire et de tout concours) s’ils et elles n’effectuent pas le parcours dans les règles. L’engagement citoyen obligatoire posé dans un cadre éducatif est un non-sens : soit celui-ci est volontaire, soit il est imposé. Cela reposera la question du droit à l’objection de conscience.

2 – une contradiction entre la pédagogie de l’éducation populaire, émancipatrice, et les objectifs de l’armée, elle-même sollicitée pour intervenir auprès des appelés. Il ne s’agit pas ici d’un jugement de valeurs mais de rappeler que les objectifs ne sont pas les mêmes et ne peuvent cohabiter dans un même dispositif.

3- un risque de voir s’étioler des dispositifs d’engagements volontaires comme le BAFA, le service civique… Les moyens conséquents déployés pour le SNU vont affecter les autres dispositifs et absorber l’ensemble de leurs financements. La réduction du nombre de mois pour les services civiques à 6 mois (contre 12 il y a 10 ans à sa création) en est un parfait exemple.

4- une inadéquation du dispositif avec les capacités et moyens existants qui font craindre un surcoût par rapport aux prévisions déjà trop importantes (80 % du budget jeunesse actuel) : locaux inadaptés, personnels insuffisants. Pour 800 000 jeunes le dispositif nécessiterait 192000 encadrant.es animateur.trices, cadres et directeur.trices habilité.es alors que le secteur de l’animation connait des difficultés majeures de recrutement sur les séjours de vacances et les accueils collectifs de loisirs.

Le CRAJEP ne peut que s’étonner de la sollicitation faite dans certaines académies, à des enseignant.es de quitter classes et élèves pour aller encadrer le SNU. Est-ce là le respect de la continuité de l’enseignement et de l’institution scolaire ?

L’école de la République, les acm, les associations d’éducation populaire et leurs outils contribuent fortement à la mixité sociale et à la citoyenneté. Il convient donc de les soutenir.

Le SNU ne peut être considéré comme le seul lieu de mixité social qui pourrait laisser entendre que les autres n’y contribuent pas. La mixité sociale ne se réalise pas en 15 jours.
Si les 27 membres du CRAJEP Pays de la Loire s’inscrivent dans le débat et la mise en œuvre du SNU dans des modalités propres à leurs histoires et structures ; Le CRAJEP sera attentif à ce qu’aucune pression ne s’exerce sur les financements des structures qui souhaiteraient rester en dehors du dispositif.
Malgré ses désaccords et inquiétudes le CRAJEP apportera sa contribution à cette politique et en fera retour à ses membres

CRAJEP Pays de la Loire – 02.51.86.02.60. contact crajep-pdl.org

Haut de la page Haut
SPIP | Site réalisé par les CEMÉA Pays de la Loire | Mentions légales | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0