CRAJEP Pays de la Loire

Accueil > Le CRAJEP en Pays de la Loire > Actualité > Participation citoyenne, réinventer la démocratie. Participation citoyenne (...)

Participation citoyenne, réinventer la démocratie.
Participation citoyenne des jeunes dans le cadre de la solidarité internationale, par le prisme des projets de jeunes.

La démocratie : le gouvernement de tous, par tous et pour tous ; ce qui implique que la démocratie n’est pas de fait mais qu’elle est bien une construction, une construction collective qui vise à transformer la société, si possible en apportant le progrès pour l’ensemble des membres de cette société.

Faire participer les gens, les impliquer dans cette construction c’est donner une orientation à la démocratie, c’est la rendre vivante.

L’éducation populaire est l’éducation de TOUS, par tous et pour tous,
L’éducation populaire vise à former simultanément l’individu et le citoyen, elle contribue à maintenir l’équilibre nécessaire entre l’individuel et le collectif et elle favorise les échanges entre la sphère privée et la sphère publique.

Valoriser, accompagner, faire émerger des projets collectifs de solidarité internationale c’est créer des espaces de participation impliquant pour les jeunes. Cela suppose toutefois que l’on se mette d’accord sur les valeurs sur les perspectives partagées, qui vont sous-tendre ces projets.

Des projets à dimension humaniste : ce sont des projets qui vont permettre l’acquisition de connaissance partagée, qui permettront à chacun d’élucider ses propres croyances en s’appuyant d’abord sur la prise de conscience de sa condition humaine (Homme semblable et égal en droit à tous les autres) et le libre exercice de son esprit critique.
Des projets à dimension progressiste : qui vont permettre de lutter contre toutes les aliénations de l’Homme.
Des projets à dimension politique : (au sens « noble ») qui permettent pratiquement de participer aux décisions collectives, dans le cadre d’actions collectives concertées.
Des projets à dimension subversive : c’est-à-dire des projets qui questionnent, voir remettent en cause l’ordre établi par l’affirmation permanente de la nécessité d’une meilleure répartition sociale des richesses de tout ordre et notamment du patrimoine culturel.
Des projets à dimension laïque : qui respectent les différentes croyances de chacun mais qui s’érigent en rempart contre toute tentative d’aliénation idéologique par les tenants des unes et des autres.
Des projets à dimension créative : qui utilisent la référence au passé culturel comme un levier pour inventer l’avenir.
Des projets solidaires qui refusent d’opposer l’individuel au collectif dans le respect des personnes et des projets qui dénoncent la concurrence généralisée qui ne profite qu’à quelques uns.
Des projets à dimension démocratique : en permettant la participation du plus grand nombre.

Les projets de jeunes sont des vecteurs importants qui permettent de construire du sens :

  1. Ne pas avoir peur de l’autre,
  2. Se situer dans un monde complexe,
  3. Penser et organiser la réciprocité dans les rapports entre les peuples,
  4. Ils permettent de construire de l’échange, ils impliquent le partage, la coopération,
  5. Ils supposent que chacun développe ses compétences et les mettent au service des autres, de tous les autres.
  6. Pratique de l’interculturel.

C’est en cela que l’éducation populaire est intimement liée à la démocratie, car la démocratie n’existe que dans la mesure où chacun participe activement à l’organisation de la collectivité humaine, à son fonctionnement et à son économie ; Vivre ensemble demande de connaître de comprendre et de partager des références communes.

L’ambition de former des Hommes libres vivant harmonieusement dans la société de leurs semblables est une préoccupation ancienne, mais cette ambition peut rester la visée des projets portés par les jeunes ici et là-bas.
Bien sûr ces projets ont des activités support, la radio, l’éducation des plus jeunes, les activités de découvertes scientifiques et techniques, le sport….
Loin des élitismes, les projets accompagnés par les associations d’éducation populaire visent à rendre possible à tous (enfants, et adultes) quelle que soit leur origine sociale, l’accès à toutes les formes d’éducation.
Ces démarches d’éducation populaire créent des espaces de débat, d’expression de chacun, génèrent des collectifs pour faire advenir des sociétés plus justes et plus démocratiques, en permettant à chacun, dans un cadre collectif de construire les clefs de compréhension de la globalité du monde dans lequel nous vivons
La participation est pour chacun une manière d’agir sur sa vie autant que sur la vie collective.

La participation est à la fois un moyen et un but, la participation est le meilleur moyen d’apprendre la participation, a la fois un principe pédagogique et un principe démocratique.
Aujourd’hui les pratiques participatives ne sont pas pleinement satisfaisantes et la démocratie en souffre.
La volonté d’assainir les rapports entre les individus, de revigorer la citoyenneté et de consolider la démocratie est très largement affichée, il faut user de cet affichage pour faire admettre la participation parmi les préoccupations éducatives majeures. Il est important que les évolutions institutionnelles respectent cette orientation notamment en ne réduisant pas la sphère publique au bénéfice de la sphère privée, mais également en soutenant, en valorisant, en développant les pratiques participatives et en reconnaissant la nécessité de les accompagner.
En développant ces pratiques à visée civique qui partent du vécu de chacun pour que la personne puisse au-delà de la sphère privée et quelque soit son appartenance sociale dire son mot dans la sphère publique, les projets de jeunes, accompagnés par les associations d’éducation populaire pourront participer à réinventer la démocratie, au sud, comme au nord .

Michelle BUREAU, Vice-Présidente du CRAJEP Pays de la Loire.

Haut de la page Haut
SPIP | Site réalisé par les CEMÉA Pays de la Loire | Mentions légales | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0